Toutes les brèves!

Publié le par Jérôme LJ


"Frugalité non ordonnée n'a pas d'effet"
 

 [6 Avril 2008] Tel est le titre d'un article du Monde Economie daté du 1er avril 2008. Les initiatives environnementales individuelles (manger moins de viande, réduire ses déplacements, opter pour le train...) n'auraient pas d'effet. L'économiste suisse-américain Blake Alcott met en évidence les "effets rebonds" générés par les comportements sobres. Exemple. "La stratégie de l'efficacité technologique, qui vise à réduire l'apport d'énergie et de matériaux par unité de production - et donc à réduire l'impact écologique -, ne peut avoir d'effet positif sur l'environnement, puisqu'en diminuant le prix des biens et services produits elle induit une augmentation compensatoire de la consommation". Cet effet rebond rétablira le niveau de consommation globale. Derrière ces mécanismes se cachent trois facteurs, insuffisamment mis en relation dans les principales stratégies destinées à réduire l'impact de l'humanité sur la planète : l'effectif de la population mondiale, la consommation individuelle et l'impact de la technologie sur l'environnement. "La variation de l'un d'eux favorise celle des deux autres" précise l'auteur. La revue Futuribles d'avril 2008 consacre un court article à la Nano, cette voiture à bas coût destinée à démocratiser l'usage de l'automobile dans les pays en développement. Des millions d'unités doivent sortir des chaînes de production du constructeur indien Tata. Le rédacteur de l'article s'étonne d'une telle actualité alors que le quotidien nous prépare à la rareté prochaine du pétrole. A la lumière de l'analyse d'Alcott, le paradoxe s'estompe. Si la Nano peut être vendue 1730€ aujourd'hui, c'est en partie du fait des progrès en terme d'efficacité technologique. Le modèle est reproduit de toutes parts. Le low cost envahi notre vie. Le succès du modèle IKEA le rappelle avec force alors que l'enseigne suédoise multiplie ses villes d'implantation en France. La solution, pour Blake Alscott, est une restriction de la consommation individuelle organisée et réglementée au niveau mondial via de lourdes taxes ou un rationnement des carburants fossiles sur une base nationale. Doit-on pour autant se complaire à attendre des décideurs qu'ils prennent les mesures adaptées? Bien évidemment non ! Les analyses de Blake Alscott nous incitent au contraire à non seulement poursuivre les efforts au niveau individuel mais aussi et surtout à développer les actions collectives propres à précipiter la prise de décisions politiques ambitieuses.



Municipales : lotissement contre château !

 

 [31 Mars 2008] On apprenait dans la Nouvelle République du 19 mars 2008 que "Les de Lussac régnaient sans partage sur la commune de Sainte-Catherine-de-Fierbois (37) depuis des générations. Aux dernières municipales, Régis de Lussac a été battu par une liste de petits jeunes que personne ne connaît, récemment arrivés sur la commune à la faveur de la construction d'un lotissement". Nouveaux habitants, nouvelles tendances : Sainte-Catherine-de-Fierbois se situe dans la deuxième couronne de l'agglomération tourangelle. Et n'en déplaise aux farouches défenseurs des ghettos du gotha, rien n'est immuable. Les lotissements mangent de l'espace, ils mangent aussi les traditions! Il existe d'autres communes françaises où le château abrite l'église et la mairie : à Beaurepaire (60), la famille de Luppé a fourni sans discontinuer le premier magistrat du village depuis 1890. "Pour accéder à l'église, les fidèles empruntent une  passerelle de bois qui enjambe les douves du château où nagent paisiblement "mes cygnes de richesse", comme dit avec humour le châtelain lui-même (à lire dans Les Ghettos du gotha - Michel Pinçon p.108-111)



 Un mur végétal dépolluant à Lyon !

 

 [21 Novembre 2007] Le Grand Lyon a missionné la société Canevaflor pour qu'elle installe un mur végétal de 400 m2 qui pourra filtrer l'air pollué prélevé dans le parking de la gare Lyon-Perrache. Ce mur est aujourd'hui installé! Pascal Peleszezak, PDG de la société, a expliqué très simplement le mécanisme : "Ce n'est pas une simple tapisserie végétale comme la plupart des murs végétalisés. (…) Ce mur a un intérêt écologique en dépolluant l'air, mais également thermique car il isole le bâtiment des variations de température et enfin un intérêt phonique. Des tuyaux d'air circulent dans le mur. L'air est aspiré à la sortie des bouches d'aération du parking et pulsé dans la terre où se trouvent des bactéries qui dégradent les polluants". Le lieu est emblématique : le centre d'échange de Perrache, symbole du tout-voiture des années 1970. Cet énorme bloc de béton conçu par l'architecte René Gagès, sous lequel transitent les automobilistes de l'autoroute A7, fut à l'époque une innovation permettant la gestion des flux autoroutier, ferroviaire et des transports en commun. 100 000 voitures, 25 000 passagers s'y engouffrent chaque jour. Ces 400 m2 font figure de test avant une extension possible pour 1600m2 supplémentaires. Il s'agirait d'une première mondiale... Les espaces verticaux trouvent enfin une utilité en ville. Les flux et échanges en tous genre ont consacré l'horizontalité, la diffusion du végétal consacrera peut-être la verticalité ! 


   

Le réchauffement climatique porteur d'emplois! 

 [21 août 2007] La lutte contre l'effet de serre augmenterait la demande de postes qualifiés. Rien que dans le bâtiment, la généralisation de la haute performance énergétique (consommation estimée à 50Kwh/an/m2) créerait un million de poste chaque année dans l'Union Européenne. Dans les transports, une baisse de 10% du trafic automobile, conjuguée à un rééquilibrage en faveur du rail et des transports collectifs, quadruplerait les emplois (directs et indirects). Ces données sont le fruit de travaux financés par la Commission Européenne et menés par les bureaux d'études Syntex (France), Wuppertal (Allemagne) et Istas (Espagne) sur la base d'un objectif de réduction de 30 à 50% des rejets de gaz à effet de serre. Une autre étude menée par le Syndicat des énergies renouvelables (SER), cette fois à l'échelle de l'Hexagone, estime à 228 000, le nombre de nouveaux postes potentiels qui seraient créés à l'horizon 2020 dans le domaine de l'énergie (bois, solaire, hydraulique, éolien, photovoltaïque, biomasse, biocarburants) si la France respecte l'objectif européen auquel elle a souscrit à savoir l'accroissement de la part des énergies renouvelables dans la consommation primaire d'énergie (6% actuellement, objectif porté à 20% en 2020). Plus généralement, plutôt qu'à un transfert entre activités, il faut s'attendre à une redistribution des emplois au sein des secteurs avec un solde positif de 1,5% entre gains et pertes d'emplois. La question concomitante : sommes-nous outillés en terme de formation universitaire et professionnelle pour répondre aux nouveaux besoins de recrutement qui se feront jour?


 

 

Les entreprises, aiguillons du développement durable ?

 [23 février 2007] Des dizaines de grandes entreprises dont Air France, Volvo, Bayer ouGeneral Electric, ont appelé les gouvernements du monde à mettre en place un pacte de lutte contre le réchauffement de la planète. Elles appelent à agir à tous les niveaux, notamment pour créer des systèmes durables permettant d'assurer la croissance économique. A l'évidence, l'initiative n'est pas philantropique! Sans doute les conclusions du rapport Stern (voir brève du 16/01) ont elles précipité cette initiative. Des entreprises chantres du capitalisme débridé qui en appelent à des Etats... cela a de quoi étonner! Elles réclament en tout cas que les gouvernements placent un prix sur les émissions et encouragent le développement d'énergies à faibles émissions".


  

Pacte transatlantique

  [22 février 2007] Hugo Chavez, le Président Vénézuélien, et Ken Livingstone, le maire de Londres échangeront pétrole contre expertise environnementale. Aussi louable qu'inattendu, cet accord, qui porte sur la fourniture en fioul des 8000 bus londoniens, va permettre à la capitale britannique d'économiser 100 millions de livres. Ces économies iront tout droit financer une réduction de 50% sur le ticket de bus pour près de 250 000 londoniens bénéficiant de l'aide publique. En contrepartie, la mairie de Londres ouvrira un bureau à Caracas et y enverra des experts du recyclage, du retraitement des déchets, du trafic routier et des émissions de CO2. Ken Livingstone, ravi, déclare : "Londres et le Vénézuela vont échanger des choses pour lesquelles ils sont chacun riches a bénéfice de tous". Cet accord n'est pas si surprenant que cela tant Levingstone est connu pour ses idées jugées "gauchistes" outre manche. De son côté, Hugo Chavez, signe là, un nouvel acte de son astucieuse stratégie de troc sur fond de diplomatie pétrolière. Si les pauvres de Londres peuvent être moins pauvres et le Vénézuela s'engage sur la voie du développement durable, pourquoi s'en plaindre?


 

Sombre prophétie

[15 février 2007] "Comme nous l'a montré l'ouragan Katrina à la Nouvelle-Orléans, le vernis démocratique est prêt à craquer à la moindre catastrophe écologique. Je ne dis pas cela pour faire peur, mais il n'est pas dit que notre civilisation sera capable d'affronter les bouleversements écologiques dans la cohérence, la sagesse, la pertinence et la rationalité. Nos frontières ne pourront stopper la mise en marche vers le Nord des damnés de la Terre, fuyant les desordres écologiques et climatiques qu'ils subiront sans les avoir provoqués. Aucune armée au monde placée à Gibraltar ou au sud de l'Italie n'endiguera une vague migratoire dont les fondements seront légitimes". Dans un entretien avec Edgar Morin (Philosophie Magazine Février 2006), Nicolas Hulot nous livre cette prophétie. J'espère que jamais on aura l'occasion dans 20, 30, 50 ans de relire cette prophétie pour dire "voyez cet homme visionnaire, il l'avait prévu". 


 

De l'explosion urbaine au bidonville global

[27 janvier 2007] Cité Soleil : ni nourriture, ni eau potable, ni logement décent. Le bidonville de Port-au-Prince est une zone de non-droit régentée par les chefs de gangs. Une grave guérilla urbaine les oppose actuellement aux soldats de l'ONU qui soutiennent le Président haïtien élu en 2006. Un représentant de Médecin sans frontières sur place déclarait : "En vivant dans de telles conditions, les gens deviennent des loups entre-eux. Je soigne très souvent des morsures humaines". Un étudiant : "Ce bidonville est un ghetto. On dit qu'un animal coincé mord toujours. Voilà pourquoi depuis plus de vingt ans, Cité Soleil mord". Article lié : En 2007, les villes remporteront leur duel face aux campagnes.

 


Toute solution simpliste est dangereuse...

[27 janvier 2007] Le biocarburant ne fait pas que des heureux!  Au Mexique, les cours du maïs ont explosé du fait de la forte consommation américaine d'éthanol. Le prix de la tortilla, nourriture de base au du pays, a augmenté de plus de 50% en deux mois. En France, selon l'INRA, pour atteindre l'objectif des 5,75% de biocarburants incorporés, les surfaces dédiées au colza devraient être multipliées par six. Il convient de rappeler que, parallèlement, l'agriculture devra nourrir, à l'horizon 2050, 9 milliards d'êtres humains, la moitié plus qu'aujourd'hui. Conduire ou se nourrir? Grave dilemme en vue à l'échelle planétaire...  

 


Comment sensibiliser ? Menacer le porte monnaie!

 [16 janvier 2007] Nicholas Stern "Certains préfèrent affecter peu de valeur au futur ou, dit autrement, attribuer une grande valeur sur les opportunités de consommation à court terme. C'est comme un grand père qui dirait à son peti-fils, parce que tu vivras cinquante ans après moi, j'attribue beaucoup moins de valeur à ton bien-être qu'au mien et à celui de mes voisins". Nicholas Stern répond ainsi aux critiques portant sur les conclusions de son rapport. L'ancien économiste de la Banque Mondiale estime qu'une action rapidement mise en oeuvre pour contenir les émissions de gaz à effet de serre coûterait 1% du PNB mondial par an, contre une perte de 5% en cas de statu quo.

Commenter cet article